Alexander Lusenti: "Az a tény, hogy az SGS Renovo önfinanszírozott megoldás, nagyon érdekes Ghánának"

Alexander Lusenti: "Az a tény, hogy az SGS Renovo önfinanszírozott megoldás, nagyon érdekes Ghánának"
Alexandre Lusenti, Product Manager du programme Renovo chez SGS.

[Digitális üzleti Afrika] - Face à la prolifération des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) au Ghana, pays africain qui fait partie des grands dépotoirs de l’Europe au sujet des appareils électriques et électroniques, face au manque de mécanismes de contrôle efficace de la qualité des appareils électroniques importés de l’Europe dans le pays, face au manque des moyens et ressources et/ou outils pour recourir à des enquêteurs portuaires et à des techniques de suivi GPS, face au manque des techniques de destruction de ces déchets électroniques en respectant les normes environnementales et de santé, le gouvernement ghanéen a fait appel à SGS en août 2018. Le groupe suisse a mis en place ce programme RENOVO qui adresse de manière efficience les problématiques ci-dessus relevées. Alexandre LusentiProduct Manager du programme Renovo chez SGSexplique à Digital Business Africa le bien-fondé de ce programme et fait le point sur l’évolution du projet au Ghana.

Alexander Lusenti: "Az a tény, hogy az SGS Renovo önfinanszírozott megoldás, nagyon érdekes Ghánának"
La digitalisation croissante des sociétés africaines et de leurs économies génère de plus en plus de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). L’absence de solution durable en matière d’élimination et de traitement de ces déchets est devenue critique et constitue une menace grandissante pour l’environnement et la santé publique.Alexandre Lusenti

Digitális üzleti Afrika: L’an dernier vous avez lancé votre programme SGS Renovo au Ghana. Quel était l’état de la situation de la gestion des déchets électroniques à votre arrivée ?

Alexandre Lusenti : La digitalisation croissante des sociétés africaines et de leurs économies génère de plus en plus de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). L’absence de solution durable en matière d’élimination et de traitement de ces déchets est devenue critique et constitue une menace grandissante pour l’environnement et la santé publique. Au Ghana en particulier, la situation dramatique de la décharge d’Agbobloshie est devenue le symbole de cette quantité croissante de déchets électroniques provenant d’Europe ou d’Asie, exportés vers le Ghana sous couvert d’être des produits de deuxième main.

Et sans aucune source de financement qui pourrait permettre leur recyclage. Le Ghana doit donc résoudre la difficile équation du recyclage des déchets d’équipement électriques et électroniques (DEEE) en trouvant une source de financement adaptée à la situation. La mise en place de la solution SGS Renovo au Ghana doit permettre, à terme, de résoudre ce double problème.

Digital Business Africa : Qu’en est-il aujourd’hui ?

Alexandre Lusenti : Le programme a démarré en Novembre 2018 et a déjà permis de collecter des fonds importants. En parallèle, nous collaborons avec les autorités pour la sensibilisation des acteurs-clés (exportateurs, Chambres de Commerce, Douanes, société civile) afin de garantir le succès du programme. C’est un travail de long-terme qui nécessite l’implication de tous avec l’objectif de transformer la situation du Ghana dans la perspective du développement durable.

Digital Business Africa : Où en êtes-vous aujourd’hui avec la mise en place du programme SGS Renovo au Ghana et en quoi consiste-il précisément ?

Alexandre Lusenti : Après sept mois d’opérations, nous avons accompli d’importants progrès, que ce soit au niveau des fonds collectés ou de la prise de conscience de l’importance d’un tel projet pour le pays et la population. SGS a reçu du Gouvernement du Ghana, à travers le Ministère de l’Environnement, des Sciences et de la Technologie (MESTI) et de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), un mandat pour mettre en place un système de collecte de l’éco-redevance anticipée auprès des exportateurs d’équipements électriques et électroniques (EEE) et pneus neufs et usagés. En parallèle, SGS est chargé d’inspecter dans le pays d’origine ces produits lorsqu’ils sont déclarés comme usagés, afin de s’assurer que seuls des produits de deuxième main fonctionnels sont exportés vers le Ghana et non des DEEE.

Digital Business Africa : Comment travaillez-vous avec les autorités publiques pour la concrétisation de ce programme ?

Alexandre Lusenti : Nous travaillons de concert avec les autorités pour atteindre les deux objectifs mentionnés et permettre aux autorités de récolter les fonds nécessaires pour la création et l’opérationnalisation d’une infrastructure de recyclage au Ghána. Cette infrastructure doit permettre au pays de remédier au problème des DEEE au Ghana, tout en permettant au pays de générer de nouveaux emplois et potentiellement une nouvelle industrie, et ce tout en réalisant six des 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD).

Digitális Üzleti Afrika : Avez-vous trouvé au Ghana des ressources humaines qualifiés dans ce domaine de la gestion des déchets électroniques ?

Alexandre Lusenti : Une partie de la gestion des DEEE au Ghana est gérée par le secteur informel. Un des objectifs de ce programme est de pouvoir formaliser les emplois et la formation des personnes travaillant déjà dans ce secteur, tout en s’appuyant sur leur connaissance et expérience du terrain.

Digitális üzleti Afrika: Combien d’emplois ce programme a déjà généré à l’heure actuelle ? Et quels sont les objectifs ?

Alexandre Lusenti : Le programme doit permettre, à terme, de générer plusieurs centaines de nouveaux emplois (directs et indirects), qu’il s’agisse de personnes travaillant dans la collecte des DEEE ou au sein de l’infrastructure de recyclage, ou de personnes qui souhaiteraient revendre les matières premières issues du recyclage. Nous sommes encore au début du processus, mais nous sommes optimistes sur l’impact de ce programme a l’échelle de l’emploi local.

Digital Business Africa : Avec ce programme SGS Renovo, quels seront les bénéfices pour l’Etat d’une part et pour les populations d’autres part ?

Alexandre Lusenti : Ce programme permet au Gouvernement du Ghana de lutter contre le problème des DEEE sans avoir besoin d’investir de fonds propres, car SGS collecte au nom du Gouvernement l’éco-redevance qui va être utilisée pour financer l’infrastructure de recyclage. Le fait que Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Gouvernement, car il est vrai que de nombreux pays d’Afrique sub-saharienne n’ont pas à disposition de budget suffisant pour lutter contre le problème des DEEE.

Ceci est d’autant plus vrai que de ces DEEE qui devraient être recyclés en Europe ou en Asie, sont exportés vers des pays comme le Ghana, sans la source de financement correspondante. Pour la population locale, un programme comme celui-ci doit permettre, à terme, grâce au recyclage, de réduire la pollution environnementale et les risques sanitaires liés à ces déchets.

Propos recueillis par Beaugas Orain DJOYUM, Digital Business Africa

Pub-DBA-in-GIF-3.gif

Ez a cikk először jelent meg https://www.digitalbusiness.africa/alexandre-lusenti-le-fait-que-sgs-renovo-soit-une-solution-auto-financee-est-tres-interessant-pour-le-ghana/